Viens, maintenant !

SAINTE DANS L'INCENDIE

TEXTE ET MISE EN SCÈNE DE LAURENT FRÉCHURET
AVEC LAURENCE VIELLE

 

lumière Éric Rossi
musique Dominique Lentin
directeur de production Slimane Mouhoub

 

incendie_saintedanslincendie.jpg

 

Notre Sainte va brûler à Sainté.
Pour la sixième saison, Jeanne (alias Laurence Vielle la superbe)
poursuit sa petite vie au pas de course.
Elle s'arrête à Saint-Étienne, là où le poème est né il y a 20 ans...

À la Comédie de Saint-Etienne / CDN 
les 3, 4, ET 5 NOVEMBRE 2015 À 20H [SÉANCES COMPLÈTES]
LES 6, 9 ET 10 NOVEMBRE 2015 À 20H 

« C'est l'enfance d'une évasion »

L'écho de la presse :

 

« Fréchuret écrit sur Jeanne comme un jazzman improvise sur un motif [avec] l'art de déboîter les phrases, de créer des collisions de vocabulaire, de chavirer les temps, de faire du neuf avec du vieux. […] Jeanne est la première star des temps modernes, nous [susurre-t-il]. Après avoir assisté à cette rencontre au sommet en Jeanne et l'actrice, difficile d'imaginer l'interprétation de cette fantaisie historique autrement que dans le corps de Laurence Vielle. Elle est tout entière à sa proie attachée. Et pour les siècles des siècles. » Jean-Pierre Thibaudat, Rue89

 

« Ce texte est beau. Il a un ton. On y distingue une voix. On est subjugué. On n’en perd pas un mot. Elle est là, Laurence Vielle, ellemême poète. Une fille en marche. ”C’est l’enfance d’une évasion”. Et elle, Laurence Vielle, on le devine immédiatement, elle en connaît quelque chose, profondément, de l’évasion. Elle a dû être, petit poucet rêveur, poings dans les poches défoncées. Sûr ! Laurent Fréchuret peut dire qu’il ne s’intéresse pas vraiment à Jeanne d’Arc : dénégation. On comprend qu’il s’intéresse passionnément à cette interprète, à ce médium de sa parole, à cette artiste qui donne vie, corps, paroles, densité et lumière à cette Jeanne d’Arc réinventée encore. » Armelle Héliot, Le Grand Théâtre du monde

 

« Avec Sainte dans l’incendie, le miracle est triple : un personnage historique dont jamais on n’épuisera le brûlant mystère, et les notes incandescentes que l’auteur Laurent Fréchuret a dédiées à la petite bergère de Domrémy. Qui, un beau jour, ”ne peut plus faire un pas sans tomber sur le ciel” : épique, poétique, décalé, le texte mérite la comédienne : Jeanne brûlée, reste une langue vivante, comme Laurence dont les mains feux follets, les jambes volantes, les pieds dans des galoches d’homme, les bonnes joues rondes, les yeux plantés dans les nôtres, nous laissent en lévitation. Quel bonheur ! » Danièle Carraz, La Provence

 

 

 

 

 

Production déléguée Théâtre de l’Incendie. Coproduction Théâtre de Sartrouville et des Yvelines – Centre dramatique national / Maison de la Poésie – Paris, Scène conventionnée de création en poésie. Le texte est publié aux éditions Les Solitaires intempestifs. Remerciements aux Journées de Lyon des auteurs de théâtre.

THÉÂTRE DE L'INCENDIE
6, rue Francois Gillet, 42000 Saint-Etienne
SIRET : 398 036 525 000 28 / CODE APE : 9001 Z / LICENCES 2 106 13 51 - 3 106 13 52
E-MAIL : administration@theatredelincendie.fr

Site web : www.theatredelincendie.fr
Laurent Fréchuret : 06 82 42 27 76 / lfrechuret@hotmail.com
Slimane Mouhoub : 06 82 16 35 49 / slimane.mouhoub@theatredelincendie.fr
Le Théâtre de l’Incendie est conventionné par le Ministère de la Culture (DRAC Auvergne-Rhône-Alpes),
la Région Auvergne-Rhône-Alpes,
la Ville de Saint-Étienne, et subventionné par le Département de la Loire.

Pour afficher notre lettre dans votre navigateur.
Pour ne plus recevoir notre lettre ...