Nous sommes au rendez-vous ...

EN ATTENDANT GODOT / SAMUEL BECKETT

MISE EN SCèNE de LAURENT FRÉCHURET

 

Avec Jean-Claude Bolle-Reddat, Maxime Dambrin, David Houri, Vincent Schmitt et en alternance Antoine Besson,  Gabriel Laborde-Léonhardt

 

"... NOUS NE SOMMES PAS DES SAINTS MAIS NOUS SOMMES AU RENDEZ-VOUS …"  Vladimir, Acte 2
 

Théâtre du Parc, Andrézieux-Bouthéon
le 15 janvier 2016

Théâtre de la Croix-Rousse, Lyon
les 19, 20, 21, 22, 23, 26, 27, 28, 29 et 30 janvier 2016

Théâtre de Privas
les 4 et 5 février 2016

Le Grand Angle, Voiron
les 8 et 9 février 2016

Théâtre de Roanne
le 12 février 2016

Théâtre de Villefranche-sur-Saône
le 1er, 2 et 3 mars 2016

Théâtre des Pénitents, Montbrison
le 5 mars 2016

Théâtre du Vellein, Villefontaine
les 10 et 11 mars 2016

Le Majestic, Firminy
le 17 mars 2016

tdi_godot_3_raynauddelage.jpg

Exceptionnel « En attendant Godot » de Laurent Fréchuret. Tout y est bon, tout y est juste : les comédiens, la mise en scène, la scénographie, la lumière, le son. Ce Godot est servi par quatre comédiens exceptionnels. Nonfiction - Nicolas Leron.


Le chef-d'oeuvre de Beckett révèle le talent inouï de Jean-Claude Bolle-Reddat, un Gogo d'anthologie. Personnage venu de nulle part, sur cette lande où se dresse un arbrisseau sec, la démarche traînante du clodo en fin de parcours, les pieds enflés, les habits fatigués, Jean-Claude Bolle-Reddat a la silhouette d’un vieil Auguste de cirque. La jeunesse de David Houri (Vladimir), son alter ego, accentue le caractère désespéré de cette attente. Pozzo (Vincent Schmitt), personnage semblant sorti de « La Strada » de Fellini, tenant en laisse Lucky, rôle étrange, interprété par Maxime Dambrin, complètent ce formidable quatuor d’acteurs. Le Progrès de Lyon - Antonio Mafra.


La pièce emblème de l’Irlandais Beckett fascine les foules depuis sa première création, en janvier 1953. Le metteur en scène et fondateur du théâtre de l’Incendie Laurent Fréchuret, à l’instar de Peter Brook, fait partie de ceux qui ont su apprivoiser avec patience et simplicité une des œuvres les plus « casse-gueule  » du répertoire dramatique contemporain.  Chapeau, l’artiste. I/O Gazette.


Qui, quoi attendre ? En espagnol, comme le fait remarquer Laurent Fréchuret, le metteur en scène de ce nouveau Godot, attendre se dit « esperar » et c’est bien de cela qu’il s’agit d’une attente-espérance, et non pas de cette absurdité froide et presque déshumanisée qu’on a souvent voulu mettre en relief dans cette pièce qui est un concentré d’humanité. Car rien ne résonne plus fort que ce texte magnifique, désespéré certes mais porteur néanmoins d’espoir et d’attente, que Beckett écrivit au sortir de 5 années de résistance au nazisme en France, lui l’écrivain né dans une famille irlandaise protestante : il y avait de quoi « désespérer » comme il y a de quoi aussi aujourd’hui, mais au final il y a nous, l’humanité, qui attendons et qui faisons vivre cette « attente », qui lui donnons un sens ou qui lui refusons. À voir de toute urgence ! Mano Siri.

 

 






capture_a_c_cran_vima_c_o.jpg




Coproduction : Estival de la Bâtie d’Urfé, le Grand Angle Voiron - Scène Rhône-Alpes / Voiron,
le Théâtre de Villefranche sur Saône.
Avec les soutiens du Théâtre des Pénitents Montbrison, du Théâtre des Halles Avignon.

THÉÂTRE DE L'INCENDIE
6, rue Francois Gillet, 42000 Saint-Etienne
SIRET : 398 036 525 000 28 / CODE APE : 9001 Z / LICENCES 2 106 13 51 - 3 106 13 52
E-MAIL : administration@theatredelincendie.fr

Site web : www.theatredelincendie.fr
Laurent Fréchuret : 06 82 42 27 76 / lfrechuret@hotmail.com
Slimane Mouhoub : 06 82 16 35 49 / slimane.mouhoub@theatredelincendie.fr
Le Théâtre de l’Incendie est conventionné par le Ministère de la Culture (DRAC Auvergne-Rhône-Alpes),
la Région Auvergne-Rhône-Alpes,
la Ville de Saint-Étienne, et subventionné par le Département de la Loire.

Pour afficher notre lettre dans votre navigateur.
Pour ne plus recevoir notre lettre ...